Bonnes pratiques en enseignement à distance

L’enseignement à distance (EAD) est bien plus qu’une simple diffusion de « la matière » dans un environnement numérique. Pour l’enseignant, plusieurs éléments sont à considérer : la détermination des objectifs de chacun des cours, le choix des contenus, les modes de diffusion, les modalités d’évaluation formative et sommative, etc.

De plus, soutenir la réussite des étudiants est essentiel. Il est nécessaire de créer une relation pédagogique significative, tout comme c’est le cas en présence. Ce qui contribue d’ailleurs à valoriser l’importance du rôle de l’enseignant, en dépit de la distance.

Rappel de bonnes pratiques à mettre en place:

  • Indiquer dans le plan de cours les modalités de communication et le délai de réponse aux questions des étudiants (ex. : type de plate-forme utilisée).
  • Favoriser la prise de contact par différentes stratégies. Par exemple, se présenter, inviter les étudiants à se présenter à tour de rôle en synchrone (si la taille du groupe/du programme le permet), par une capsule vidéo, dans un forum, etc.
  • Expliquer le rôle de l’enseignant et, le cas échéant, des autres intervenants impliqués dans le cours.
  • Si vous avez l’habitude de faire un contrat de classe en présence, le faire dès le départ.
  • Établir une structure de communication hebdomadaire afin de faciliter la gestion du temps des étudiants, la vôtre et celle des questions. Cela pourrait prendre une des formes suivantes :
    • nouvelles ;
    • état d’avancement dans le cours ;
    • objectifs à atteindre, tâches à réaliser et moment de dépôt (lectures, activités d’apprentissage, évaluation formative, etc.) ;
    • rétroactions (ex. : félicitations) ;
    • période de disponibilité.
  • Indiquer le délai de correction des évaluations.

 

  • S’assurer que les consignes des travaux/évaluations à réaliser sont
  • claires et bien comprises, et que le niveau de difficulté est adéquat ;
  • Utiliser pour chacun des cours et des groupes, plusieurs moments de rencontres synchrones (en groupe, en petites équipes ou
  • individuelles), afin de maintenir un contact humain et maintenir la relation pédagogique enseignant/étudiant ;
  • Utiliser ces rencontres synchrones pour expliquer des notions plus complexes, pour offrir une rétroaction formative, pour apporter des
  • compléments d’information, pour répondre aux questions, etc. ;
  • Expliciter les objectifs poursuivis par les différentes activités pédagogiques ou d’évaluation à réaliser, afin de donner du sens et de
  • l’importance à la réalisation de ces tâches (ex. : pour l’atteinte de la compétence, pour l’apprentissage de techniques, pour la poursuite des études dans le programme ou à l’université, pour sa future profession, etc.) ;
  • Offrir aux étudiants un choix dans les tâches à réaliser, lorsque cela est possible et approprié (ex. : choix d’un thème pour un sujet, mode de présentation d’un travail, etc.), et ce, afin de renforcer la perception de contrôle que l’étudiant entretient à l’égard de sa propre capacité à apprendre et à développer les compétences attendues ;
  • Proposer des sujets/thèmes susceptibles de rejoindre les intérêts des étudiants ;
  • Démontrer, à travers les échanges avec vos étudiants, que leur réussite vous importe ;
  • Vers la mi-session, en profiter pour faire un bilan du déroulement et du fonctionnement du cours jusqu’à présent, afin de permettre des
  • ajustements de part et d’autre.
  • Proposer des sujets d’échange afin de stimuler la participation et favoriser l’apprentissage actif.
  • Encadrer les échanges afin qu’ils se déroulent dans le respect et conformément à la nétiquette et au Code de vie du collège (ex. : s’identifier clairement, tenue de ville, etc.).
  • Offrir un encadrement réactif : les réponses aux questions des étudiants sont précises, constructives et complètes. Ne pas hésiter à se réajuster si l’on constate qu’un contenu n’a pas été bien compris.
  • Offrir un encadrement proactif : aider les étudiants à demeurer motivés et engagés en communiquant régulièrement avec eux et leur faire sentir la présence et la disponibilité de l’enseignant. Créer des moments d’échanges entre les étudiants afin de favoriser le sentiment d’appartenance, de diminuer le sentiment d’isolement et de favoriser l’engagement et la persévérance.
  • Se préoccuper des étudiants peu actifs ou en difficulté en faisant des interventions pour susciter leur engagement et favoriser leur réussite (rendez-vous par vidéoconférence, courriel, etc.)
  • Ne pas hésiter à les référer aux différents services du Collège (ex. : le SAIDE, leur API, etc.) comme c’est le cas en présentiel.
  • Soutenir l’autorégulation des étudiants par une rétroaction fréquente.

L’excellent dossier sur l’enseignement à distance de l’U.de Laval

Suggestion d’articles à lire: